dimanche 30 juillet 2017

Merci d' être la, Benoit !

Me revoilà derrière cet écran, avec toutes ces choses sur le cœur, dans l’esprit ...
Désillusions ? Non. 
Je ne m’attendais vraiment pas à quoi que ce soit de positif venant de la tête sur gonflée du président ou de son gouvernement en état de léthargie permanente  ...


Colères ? Déceptions ?
Oui !!!
Comme je l’ai  écrit, je ne m’attendais à aucun cadeau, à aucune main tendue vers les plus faibles de la part de ces gens, mais je ne m’attendais pas non plus à une telle avalanche de mépris, de violence !
Je n’imaginais pas non plus que celui pour qui j’ai voté au second tour pour éviter le fascisme assumé du FN, se montre aussi insensible, aussi peu humain envers des gens qui ont vécu déjà tellement de misère !
 Migrants à Calais ....

 Réfugiés sur les bords de la Méditerranée...




Un président méprisant les soldats au travers de leur chef, humilié publiquement,
 Imbu de sa personne au point de ne même pas sentir l’animosité qui grandit autour de lui.


Qui joue à se déguiser, prenant tantôt le rôle du marin, tantôt celui d’un aviateur, et peut être pire encore, s’affichant avec des stars du showbiz américain quand il ne daigne pas recevoir le porte parole des policiers de son pays, pourtant au bout du rouleau ...






Des migrants gazés à la lacrymogène, leur eau souillée avec le même produit, pour les empêcher de boire ....
Des bénévoles aux grands cœurs harcelés, verbalisés, parfois bousculés ou même frappés par les forces de l’ordre ...


 Des observatoires des Droits de L’Homme qui dénoncent la France pour sa manière de traiter ces gens ...
 Rapport désastreux de HRW sur la manière dont sont traités les migrants





Un président totalement indifférent aux pétitions et appels à la clémence pour Cédric Herrou, encore une fois mis en examen pour avoir aider des réfugiés ...
 Je me rappelle ta visite, Benoit, auprès de cet autre grand monsieur, ta bienveillance , ta volonté 









 Parfois j’ai peur de l’avenir ! 
Le mien, celui de mes enfants surtout !!!

Toute la responsabilité qui nous incombe de faire des efforts qu’ 'il nous faut accepter pour enrayer les dégâts que nous faisons à notre terre, tout a été renié, remis à plus tard ...l’argent d' abord !








 J’ai toujours eu peur, aussi des gens remplis de colères et de haine.
Ceux qui prônent le rejet, les replis. 
Ceux qui ne se sentent vivre qu’en rabaissant les autres.




 Cette citation de Lamartine me suis depuis toute jeune:

" Je suis de la couleur de ceux qu' on persécute, 
Sans aimer, sans haïr les drapeaux différents,
Partout ou l' homme souffre il me voit dans ses rangs.
Plus une race humaine est vaincue et flétrie,
Plus elle m' est sacrée et devient ma patrie . "



J’avais déjà peur sous Sarkozy, avec ses envies de donner des " coups de Karcher " dans les cités.
J’ai frôlé le malaise, quand Hollande, Valls, ont parlé de " déchéance de nationalité " !
Heureusement, quelques courageux résistants ont barré la route à cette ignoble idée de diviser en deux les français. MERCI ;)

En te découvrant, en écoutant tes paroles emplies d’humanisme, d’amour des autres, de respect ... mes peurs se sont apaisées.
Enfin, un homme osait dire qu’il n’était pas de devoir plus grand que celui de tendre la main  à celui qui en a besoin ...


MERCI ! 



Et puis cette manière que tu as de voir et de nous faire voir la lutte, le combat, long et difficile, qui nous attend, comme une chance, une belle manière de  donner un sens à nos vies !


D' ailleurs , pour cela aussi , MERCI !


J’ai jusqu' ici vécu une vie d’épouse et de mère. Avec toujours en tête cette envie de me rendre utile, aux autres, à la société ...et le regret de n’avoir ni les diplômes, ni une structure près de chez moi dans laquelle apporter ma contribution.



Tu m’as donné l’envie, de me battre, de partager tes idées et la bienveillance que tu as semée, MERCI !




Je suis écœurée  de voir ce qui se passe dans notre pays ... 
Il était si grand, la République en marche le rend tout petit.


 Les pays qui observent ce que fait le berceau des droits de l’Homme, voient la France montrée du doigt, rappelée à l’ordre pour la dérive de l état d’urgence...




 L’Assemblée Nationale, celle ou ont parlé Robespierre, Jaurès, Simone Veil, et tellement d’hommes et de femmes passionnés, qui avaient à cœur de convaincre le plus grand nombre du bien fondé des textes qu’ils y défendaient, réduite à un cirque !!! 







Quelle image ! Quelle honte !
 Comment peut on rentrer dans un lieu pareil , chargé de temps d' Histoire , de l' âme de toutes ces personnes exceptionnelles , et se dire que l 'on est réduit au silence par un président qui impose le silence dans cet endroit ou , certains soirs , doivent encore raisonner les paroles des Grands de ce pays , de ceux qui ont fait de la France un grand pays!

Cet endroit ou toi même, tu as résisté à ce qui te semblait injuste, ou tu es intervenu pour défendre tes idées, tes propositions ....









Alors je pense à tes mots, j’écoute et réécoute  les paroles de tes meetings ...
Les larmes, très vite me montent aux yeux.
Elles s’échappent, parfois discrètes, ou en flot continu ...
Il y  a bien des fois ou j’ai le cœur gros, en pensant à cette merveilleuse personne que tu es.
A cette chance que nous avons de t’avoir.



Ta simple présence, un tweet, une apparition à la radio, une interview dans un journal, tes mots suffisent à me rassurer.





Du haut de mes 38 ans, j ai parfois, je l’avoue, envie de mettre ma main dans la tienne, comme cette petite fille, lors de ta visite à la grande fête du livre pour la jeunesse !
Parce que ta présence, ta bienveillance me rassure sur l’avenir.







Parfois je suis prise d’un vertige, une boule dans ma gorge ... et si tu décidais de tout arrêter ... 


Alors j écoute encore et encore ta promesse de te battre avec nous, ce moment d Histoire ou un Homme, toi, tu as su parler au plus profond de nos cœurs.



Ce discours, place de la République, c’était si intense. La sincérité de ton regard, la conviction, ton poing serré...




  J’ai vu ce jour la, plus qu’  un candidat à la présidentielle, la silhouette de Jaurès, depuis si longtemps la France attendait que sorte de l’ombre la relève de ce grand homme.
Te voici, enfin ! 






Moi aussi je tiendrais le temps qu’il faudra !
Je me battrais, à mon échelle, avec toute ma force et ma volonté, temps que tu seras là !
Qu’importe ce que nous prépare encore Macron, peu importe ce qu’il faudra endurer, si je te sais à nos cotés, alors allons y ! Je n’avais pas de réel but, et j’étais si lasse de regarder  les années passées ... Maintenant, je sais pour quoi, comment me battre.







Un jour, peut être, aurais je le privilège de te serrer la main, de discuter avec toi de ce bel avenir, celui pour lequel je m’accroche tout les jours depuis que je t’ai découvert lors des primaires. 

Une photo, pourquoi pas ! Mais un échange, un moment de discussion, avec l’homme que j’admire, autant pour ses convictions, pour ses positions, pour ses combats, que pour la personne humaine que tu es ...




6 commentaires:

  1. Très beau. Je suis absolument d'accord.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo !!! Un magnifique hommage à un homme exceptionnel !!! Merci pour tous les colibris qui oeuvrent à leur échelle 💗💗💗

    RépondreSupprimer
  3. Superbe témoignage de gratitude , de foi, d'admiration , que je partage totalement ! J'adore cet homme , qui représente tout ce que j'aime et souhaite pour tous , qui sait défendre et faire partager ses convictions , avec tellement de chaleur humaine , de sourire , de force , d'honnêteté !

    RépondreSupprimer
  4. moi aussi je partage totalement ! un homme vrai, sincère , humain !!!! merci d' être là Benoit !!!!!

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce beau texte où tu as mis tout ton coeur...La voix d'Hamon a su toucher aussi le mien, mais ma longue vie, mes nombreuses déceptions, ne me permets plus de me laisser emporter sur la vague d'enthousiasme dont tu témoignes...Mais je me rappelle avoir eu le même élan au coeur, en mai 68 et les années suivantes, mon héros était féminin, Gisèle Halimi en tout premier lieu, Simone de Beauvoir qui était de tous ses combats, Françoise Sagan, Simone Weil quelques années plus tard, et tellement d'autres...Encore merci, car les larmes me sont venues aux yeux en te lisant...J'espère qu'ils sont nombreux ceux qui ressentent cet élan, car nous allons avoir besoin de cette relève qui se profile, pour pouvoir encore rêver d'un futur désirable...

    RépondreSupprimer

Twitter diffusion

Triste anniversaire , et si peu de mémoire ....

Le 12 octobre 1940, il y a 77 ans, les nazis  décident de regrouper les juifs et les enfermer dans les ghettos. Le 12 octobre 1940, j...