mardi 27 juin 2017

Cher Benoît , j 'aurais tant aimé être la ...

Que fait-on quand on est une mère au foyer , perdue dans un village de Moselle Est où le FN fait plus de 50 % de voix au second tour des présidentielles ?
Quand on ne se sent pas à sa place , depuis tellement longtemps qu'on pense n' y avoir , en définitif , jamais été ?

Quand on a l' impression d'être née avec cette rage au ventre , cette envie de justice et d' égalité ,
 l' envie , tous les jours , de se battre contre un monde qui ne ressemble en rien à celui dont on a rêvé pour nous et nos enfants ?

Quand on fait parti des petits ...




On reste debout , on défend ses idées , envers et contre tous ...
On se brouille avec sa famille , parce que non , décidément , les idées fascistes , ça ne passe pas ...
On s' éloigne des connaissances qu'on a , parce qu 'elles sont tellement d' accord avec les propos méprisables de Le Pen ou de Collomb ...

Mais on se sent seul .... je me sens seule .
La lutte pour les idéaux est un noble combat .
Mais c' est tellement mieux quand on peut partager le combat ...




C' est ce que j'imagine , du moins .

Depuis ce soir ou j’ai entendu ton  nom : " Benoît Hamon",
 depuis que j' ai écouté une voix ... 
 douce et suave ... 
 emprunte de douceur et de force .
Depuis que tu as parlé , de manière calme mais ferme , des choses qu' il faut changer .
non pas parce que ça serait mieux , ou pour te donner bonne conscience...mais parce qu' il est juste,  et grand temps, de les changer !
Elle est rassurante , elle est décidée , ta voix , douce mélodie à mon âme cabossée ...



Le moment est-il enfin arrivé ? celui , ce quelqu' un qui ose défendre toutes ces merveilleuses idées ?

L' admiration se transforme en affection , pour cet homme décidément pas comme les autres.

Alors je sors de ma coquille , encore fébrile , encore farouche ... mais je sors et je guette le jour qui semble enfin se lever !




C' est un raz de marée ! 
C' est comme un manège à sensation !
Ça chamboule le cœur , ça fait tourner la tête !
C ' est enivrant ... ça fait du bien à l' âme ...




C est rageant , de se sentir impuissant ...
Les gens ne sont pas prêts ,
 les puissants ne sont pas d' accord , 
les fragiles se sentent vite pris au piège , entre leurs peurs et la culpabilité qui leur ont été savamment distillées .
On  comprend , même si on sait à quel point tout est juste , à quel point tout est urgent ...
que ce sera partie remise .


Je reste là , j' ai un goût amer de défaite qui aurait dû être une victoire pour la société .
Une envie stupide et enfantine de répéter , encore et encore , que " c' est pas juste" .

Les jeux sont faits ...
Nous allons devoir nous battre pour faire grandir tes idées .
Les expliquer , les exposer , encore et encore ... les faire avancer , pour dans 5 ans ,enfin, les faire gagner !
Faire gagner du respect, de la douceur, à la planète , et à l' humanité .




Et puis toi , le capitaine breton ,  fort et résistant face aux tempêtes ... 
Ça me fait penser aussi à ce cri de ralliement , dans le Cercle des poètes disparus  " Capitaine, ô mon capitaine !" 

Quand tu as parlé de ce mouvement , de cette révolution , de ce monde à rêver et à créer...
de suite mon cœur s' est emballé , et je me suis dis " j ' y serai" .
Dans 3 jours , ainsi , des milliers de français , de tout les horizons , de toutes les sensibilités , vont se retrouver autour de toi , pour commencer à bâtir ce beau lendemain ...

J' aurais tellement voulu être des leurs ... non pas que ma présence ait changé quoi que ce soit au résultat , mais pour te montrer que, comme tu t'es battu pour tes idées que je partage au plus profond de moi , et bien , ce 1er juillet , j' étais là , avec les autres , pour me battre avec toi .

Un espèce de " remerciement " après que tu aies défendu si vaillamment notre idéal commun, un geste , ma présence , pour te dire " je suis là pour toi" , " je porte moi aussi , à mon niveau , tes idées , pour les aider à gagner " .Que je veux, moi aussi, t'aider à le remonter , le rocher .




Mais la réalité est venue me rattraper ... 
Alors j ' ai compté et recompté , retourné milles et une fois dans ma tête ce projet , cherché comment le financer , comment y arriver , il faut bien me rendre à l ' évidence , mon porte monnaie me rappelle de manière cruelle la réalité.
Ça ne sera pas pour cette fois , en tout cas .

Un gros pincement au cœur , parce que je m'y était engagée , et que malgré toute ma bonne volonté , je ne pourrai pas y participer ...

Je pensais vraiment qu' à plusieurs , on allait y arriver , mais comment faire quand tout les autres se sont désistés ?

Un mot ,donc ,pour te dire que samedi , ma journée aura une saveur étrange ... que perdue dans ma campagne , loin de tout , loin de vous , c' est sur la pelouse de Reuilly que se promèneront mes pensées ... et tout mon amour , toute ma bonne volonté .
Que si, dans ma petite coquille , je suis provisoirement retournée , plus jamais grâce à toi , je ne cesserai d' espérer .






Je vous souhaite une belle et grande fête , des idées à foison , le début d' une belle union à  laquelle j' espère me joindre lors d' une prochaine occasion ... 









1 commentaire:

  1. c'est beau et poignant, je t'aurais bien emmenée, mais je suis si loin !

    RépondreSupprimer

Twitter diffusion

Merci pour cette année d' émotions Benoît ! #BenoitHamon @benoithamon

Camarade ? Frangin ? Ami ? Je ne sais pas bien comment on s’adresse à une personne  qu’on ne connaît pas vraiment, ou si pe...